• Encore une trilha mémorable!

    Très courte, elle ne manqua pourtant pas de sensations...
    Après s'être rendus au pied de la favela Santa Marta (première à avoir été pacifiée en 2008), il s'agit de prendre le funiculaire. Avant ça des guides (oui, il est possible de faire une visite guidée de la favela!) vous proposent leurs services et vous mettent en confiance en vous priant d'être bien prudents si vous montez seuls...

    Et nous somme montés seuls.
    Ne nous prenez pas pour des fous, cette favela ne craint pas! Elle fait l'objet de programmes pour attirer les touristes,  développer le quartier, etc. En ce moment notamment, tous les weekends n'importe qui peut venir peindre les maisons (en concertation avec les habitants bien sûr), le matériel et la peinture sont fournis par une entreprise sponsor.

    Bref nous sommes montés. Petite pause à la station de funiculaire intermédiaire pour aller voir la statue de Michael Jackson (il a fait un clip dans cette favela!).

    Vous l'aurez remarqué, pas de photos pour cette partie du périple, ça a beau être un endroit tranquille, on n'est pas à l'aise... Les postes de l'UPP (Unidade da Policia Pacificadora) sont partout, mais 5 étrangers, ça ne passe pas inaperçu, surtout s'ils mitraillent, 

    Bref, après être passés un peu trop près à notre goût de chiens grognant et bavant, on a commencé la trilha proprement dite.
    Raide, très raide, plus une sente qu'un sentier! Une petite 1/2h de marche à 2 et à 4 pattes et nous y voilà: ça valait le coup pour cette vue à 320°!

    Panorama 1

    1 commentaire
  • Voici les photos de notre première venue sur ce lieu.

    DSC_1868

    DSC_1463

    Au 16e siècle déjà, les Portugais attribuaient une signification religieuse à ce morro, qu’ils nommèrent "Pinacula da tentaçao" : le pinacle de la tentation, en référence au passage de la bible qui raconte la tentation de Jésus par Satan au haut d’un roc, d’où il pouvait voir toutes les grandes villes du monde. Au 19e siècle, la dense végétation des versants du Corcovado, nom sous lequel il était déjà connu à l’époque, constituait un refuge pour les esclaves qui fuyaient les plantations. L’empereur Pedro II montait fréquemment à dos d’âne jusqu’au sommet. C’était un voyage lent et difficile, au point qu’en 1882, pour encourager les visiteurs, Pedro autorisa la construction de la ligne ferroviaire du Corcovado, qui fut achevée 2 ans plus tard.  La voie ferrée longue de 3800 m était et est toujours considéré comme un miracle d’ingénierie, dans la mesure où elle grimpe le long d’une pente si longue et si raide ! C’est n 1921 que naquit l’idée de bâtir une statue du Christ pour célébrer le centenaire de l’indépendance du Brésil, l’année suivant. La construction de la statue ne débuta qu’en 1926, fut inaugurée en 1931 et classée en 2007 comme l’une des 7 nouvelles merveilles du monde. Paul Landowski réalisa le monument en pièces détachées, envoyées depuis la France vers le Brésil puis transportées en train jusqu’en haut du morro où la statue fut assemblée. Le monument a été recouvert de pierre a savon pour résister aux variations climatiques extrêmes. Des favélas aux quartiers riches, les bras ouverts du Christ redempteur embrassent toute la ville, semblant bénir et protéger ses habitants. Cette statue semble représenter quelque chose de très spirituel pour les Brésiliens et les visiteurs, quelles que soit leur croyance religieuse !  

    DSC_1467

    DSC_1472

     

     
    DSC_1466
    Vue sur Botafogo, le Pain de Sucre, la baie de Ganabara et Niteroi
    DSCN3075
    Vue sur le stade Maracanha et aperçu de l'université au fond à droite

    votre commentaire
  • Après les explications très détaillés d’un agent du parc armé jusqu’au dent, qui a vainement tenté de nous 

    20900_10201001038528861_1975243270_n

    intimider en nous mimant la difficulté de la randonnée : des cascades immenses, des fleuves, de l’escalade, des pentes raides, des voies ferrées, des crevasses et des falaises à en perdre le Nord, nous étions préparés à monter le plus haut sommet de la ville, le Corcovado, ou le bossu en Portugais, le nid du Christ rédempteur.

    DSC_3213

     

     

     

     

     

    Certains d’entre nous n’ont pas su en venir à bout, le demi litre de caïpirinha à 5 R$ de la veille n’a aidé personne, ça s’est sûr ! Mais cela n’a pas su entraver la route des deux protagonistes de ce blog, non ! 

    77130_10201001038928871_320883114_n559845_10201001056849319_1375863571_nDSC_3212

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Drole de végétation, on se croirait dans un film de Hayao Miyazaki.

    DSC_3209

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Après toutes ces épreuves nous parvenons au sommet du Corcovado, haut de 710 m, accueilli par une plate-forme bétonneuse recevant des cars de touristes en tout genre. On apprécie l’effort avec la vue du Christ, de dos ! Pas de promotion pour les courageux, on doit rentrer au même tarif que tout le monde ! (Enfait on l’avait déjà visité en montant en train). Alors c’est sur le parking que nous reprenons notre souffle, accompagné d’un pique-nique improvisé, et surtout agrémenté d’une superbe vue sur les plages et le lagoa !  

    DSC_3275

    DSC_3273

     
     
     
     
     
     

     

     

     

     

    DSC_3253

    Les micos qui nous ont accompagné sur le chemin, étude détaillée dans notre rubrique spécialisée.


    votre commentaire

  • Voir la galerie

    votre commentaire
  • Et voici le retour de notre première trilha! emmenés par notre coloc.

    Une trilha c'est en quelque sorte une randonnée, même si apparement ça peut aussi être une randonnée sur bitume...

    Et ici, le club Vosgien n'existe pas (ô malheur!), il n'y a qu'un chemin/une route au milieu de la jungle, et on la suit, pas le choix!

    Le concept est bien simple:
       - on monte (et on sue et on boit pour mieux resuer);
       - on arrive en haut et on en prend plein la vue:

    panorama

     - avant de redescendre.

    Et au passage on rencontre plein de petites bêtes originales!

    DSC_1894DSC_1867DSC_1853

     

    Bon, vous l'aurez compris, on a été un peu déçu par le revêtement du chemin (de la route en fait!), mais malgré cela c'est une très bonne première! La prochaine fois on fera plus sauvage.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique