• Agnès, Roger...

    Merci !

    DSC_7725

    L'attention de votre part nous va droit au coeur et fait son petit effet!  

    On avait oublié quel plaisir c'était de passer des heures à récupérer le petit morceaux de gras coincé entre les dents!

    DSC_7726

    Ce saucisson a surement du vécu, il a passé quelques épreuves difficiles notamment des chocs thermiques (de -50°C a 35°C actuellement, au secours!!) Nous lui faisons honneur aujourd'hui, après un mois et demi de voyage !

    Sachez que la chose qui nous manque le plus aujourd'hui -entre autres- c' est quand même les apéros en familles, barbecue, saucisson et vin blanc! Ya pas à dire, malgré la météo estivale à Rio, l'été Français nous a bien manqué!

    Les jolis dessins d'Anouk et Naïma ont aussi trouvé leur place dans notre chambre (vous aviez oublié qu'elle était rose notre chambre?).

     Joli coup de crayon les filles!! Merci beaucoup!

    Aprecevez également le lapin de Hugo qui avait pris place ici dès notre arrivée :)

     

    Conclusion : on aime les cadeaux!

    Et vous nous manquez tous bien fort!!

     

    Des bisous!


    1 commentaire
  • A l’occasion de la fête des enfants samedi dernier - Et oui, ça se fête, et c’est même férié pour l’occasion ! C’est Noël avant l’heure ! - nous avons assisté à une représentation théâtrale du groupe Galpão.

    Le spectacle avait lieu sur la place du monument aux morts de Rio, que l’on a alors eu l’occasion de visiter ;

    teatro (8)

    Nous avons rejoint notre ami Brésilien Télémakos, acteur professionnel et étudiant en théâtre à l’UFRJ lui aussi ! Cette troupe de théâtre de rue est très connue ici au Brésil, il parait qu’il est difficile de les voir lors de leurs représentation, c’est pourquoi nous arrivons avec 1h30 d’avance, et 2 belles places nous attendaient au 3e rang !

    Déjà le décor de la pièce que nous avons donc eu le temps de contempler en dit long sur la créativité du groupe ! Nous avons bien fait d’arriver tôt, car tout s’est très vite rempli…

    1379504_10202436410775690_270740522_n

    teatro (1)

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Quelques informations alors sur cette fameuse troupe :

    Le groupe Galpão est une des compagnies Brésiliennes les plus importantes, crée en 1982 à Belo-Horizonte (Minas Gerais). Il a déjà participé en 30 ans à plus de 40 festivals (Etats Unis, Canada, Europe et Amérique Latine), et a reçu une centaines de prix Brésiliens.

    Le groupe s’est surtout fait connaitre en 1992 avec leur représentation de Roméo & Juliette avec un montage typique de l’art de rue, qui lui a valu le prix du jury du Festival National de Théâtre de Curitiba SHELL en 1992.

    La pièce samedi soir s’appelait

    teatro (7)

    Les géants de la montagne,

    écrite par l’Italien Pirandello en 1936, avec sur scène 12 acteurs. Rêves, folie, délires... sont quelques constantes de la pièce. C’est l’histoire d’un groupe d’acteurs décalés qui arrivent dans une ville isolée. Dans cette ambiance dominée par un mage et ses fantômes, ils devront présenter une pièce. Mais les seuls spectateurs sont les timides géants de la montagne.

     
    Nos impressions :

    Cette troupe a décidément un grand pouvoir de communication avec le public, sans même parler ! On a adoré les costumes et les décors, leur maquillage et le style populaire et art-de-rue du résultat.

    Regarder une pièce de théâtre en portugais…

    A refaire ?

    Oui !!!!! Je dis oui !

    Et d’ailleurs, ce  n’est pas la première que nous sommes allés voir depuis notre arrivée à Rio ! Lise fait connaissance avec de plus en plus d’amatrices de théâtre, qui ont toujours de bons plans pour nous faire découvrir la culture Brésilienne ! La pièce Garagem que nous sommes allés voir il y a deux semaines nous a aussi beaucoup plu, notamment par la mise en scène dans un véritable garage : à l’étage stationnement d’une grande galerie commerciale. C’était l’histoire d’un type qui venait de divorcer, et s’était installé sur sa place de parking dans son immeuble. Il devient un personnage central dans la vie de tous ses anciens voisins… Entrées et sorties des personnages secondaires (une 15aine tout de même) par l’ascenseur ou en voiture (des vraies voitures qui défilaient devant nous).  Un beau spectacle !

    e340i1tqxw2yswz153e43dt1n

    teatro (9)

     

     

     

     

     

     

     

     

    Bon on vous avoue que globalement, pour ce qui est de la compréhension de la pièce, on la regarderait bien une 2e fois pour mieux comprendre, mais ça ne se regarde pas en streaming!


    votre commentaire
  • C'est à l'aurore, samedi, que nous embarquons (dans une Renault bien sûr) avec un pilote aux commandes. Il pleut, mais on est motivés! Les baleines ça ne craint pas la pluie. 4 heures de route (et quasiment 4h de sièste pour certains) et nous voilà arrivés dans une pousada superbe, non loin de la mer et de la plage.

    DSC_7347 (1024x685)

    Il pleut des cordes, mais on enfile nos combinaisons pour un petit tour à la plage. On court, on saute, on gambade en jouant au frisbee! Malheureusement le chef de la troupe se fera un petit claquage à la fin de la séance...

    DSC_7365 (1024x685)

    C'est donc bien trempés que l'heure du repas de midi nous rattrape. On file au restaurant du coin où, à nouveau, les fruits de la mer font frémir nos papilles. C'est tellement bon qu'on remettra ça le soir-même, au même endroit.

    Malgré la pluie persistante, nous allons au bout de la plage où un petit sentier permet de prendre de la hauteur, histoire d'avoir un point de vue sur la mer, et peut-être sur des baleines!

    Mais la pluie est forte, on décide de laisser l'appareil dans la voiture. Grave erreur, 300m plus loin, le spectcle commence. Un baleine et son petit nous font quelques démonstrations de leur légéreté! On accélère pour atteindre le point culminant, et là encore le show continue. On ne l'aura malheureusement pas immortilisé... mais les souvenirs sont bien là. Une petite bête de plusieurs dizaines de tonnes qui essaye de s'envoler, ça fait quelques remouds quand ça retombe, bien visibles, mêmes à quelques centaines de mètres.

    Le lendemain, une sortie était prévue avec un spécialiste, mais la pluie nous pousse à abandonner l'affaire. L'homme vient malgré tout nous faire une petite présentation de l'animal.

     

    Photo de Gérard 1
    La bête, la baleine franche australe, est un mammifère marin qui peut mesurer jusqu'à 18m, pour le modeste poids de 80 tonnes. On retient la durée de vie proche de la centaine d'année.


    Celle que nous avons rencontré se nourrit dans l'océan antarctique et revient chaque hiver sur 2 sites principaux sur les berges de l'Amérique du Sud: un site en Argentine, et un site au Brésil, là où nous sommes. Autrefois, avant le déclin de l'espèce due à la chasse, les baleines étaient communément aperçues dans la baie de Rio (soit 800km plus au nord). Aujourd'hui l'espèce est protégée et la population reprend son essort.
    Diapositive1

    Cette période hivernale dans ces eaux plus chaudes correspond à la période de reproduction de la baleine franche, avec un cycle de 3 ans:
         année 1: reproduction
         année 2: mise bas
         année 3: retour avec le petit, afin de lui apprendre le chemin Le temps de gestation est en effet de 12 mois. A savoir aussi: il n'y a pas de quoi se nourrir dans l'Atlantique, la mère vit donc sur ses réserves, tout en produisant pas moins de 125L de lait par jour... Bel effort pour nourrir le baleineau qui, partant de 6 tonnes, prend tout de même 50kg/jour!
    A ajouter aussi: la baleine franche adulte n'a pas de prédateur, ormis l'homme. Le baleineau, quant à lui, peut être la cible des orques.
    Et comme la culture c'est comme la confiture, je me souviens d'un viel article scientifique qui disait que le langage de la baleine est plus complexe que celui de l'homme!

    Ainsi mieux renseignés, avant de repartir vers Curitiba, nous nous réarretons près de notre point de vue de la veille. Cette fois, nous prenons l'appareil avec nous.

     

    Malheureusement le ciel est très bas, et voici ce que nous avons pu voir:

    DSC_7441 (1024x685)

    Non, non, ce n'est pas un rocher!!

    Encore une sièste de 4-5 heures et nous voilà de retour sur Curitiba. De là, on enchaîne avec 15 heures de bus pour Rio...


    votre commentaire