• Ca fait un moment qu'on aurait pu vous la présenter, l'UFRJ, ou la raison officielle pour laquelle nous sommes ici au Brésil!

    L'UFRJ est une université Fédérale (d'où son nom) qui se situe à Rio sur l'île de Fundão, au Nord de la ville. UFRJ_Logo

    Le chemin n'a as l'air bien long vu d'ici depuis la maison, mais
    nos conclusions nous mènent à prévoir une heure de route pour l'aller et de même pour le retour. 

    Projet2

    Tout commence avec ce bus, cet unique bus, manifestement en sous effectif, qui dessert tous les étudiants de la zone Sud... 

    IMAG0127

    Le 485, "quatro oito cinco", de quoi vous donner froid dans le dos!! Le bus de la mort, qui vous fait frissoner quand il se dirige vers vous! "Va-t-il s'arrêter cette fois? Vais-je trouver une place assise? Vais-je rentrer chez moi ce soir?" 

    Jusque là nous sommes toujours entier, mais parfois le petit déjeuner y passerait facilement!

    Une fois arrivé à l'université, on croise pleins de petites baraques pour déjeuner le midi, à prix variables mais qui proposent globalement la même chose : jus, açaï, salgados, arroz-feijão... 

    P1080030

     

    On y croise aussi des étudiants aux côtés de gardes armés (on est bien à Rio). On croise aussi un tas de chiens errants...

    P1080032

     


     

     

     

     

    Nous on aime bien aller au RU (o bandeijão = caféteria), parceque c'est 2 $R et parcequ'il y a plein de choses à manger! 

    Typiquement arroz - feijão - viande très cuite- légumes mysterieux, un fruit et un jus de fruit! 

                                        Appétissant, non?

    DSC00164

    Un détail important, les Brésiliens s'assoient à côté de leur connaissances quand ils vont déjeuner. Si bien qu'on voit des groupes d'amis déjeuner les uns à côté des autres. Et les personnes seules préfèrent s'assoir en face de toi plutôt qu'à côté... Je ne m'y ferai jamais je crois...

    6575

    votre commentaire
  • Un bon churrasco au Brésil, qu'est-ce que c'est??
    Des kilos et des kilos de viande bien grillées, bien salée

    YDYyHAS_68OOKyTSL7Q5FYpY6_6Q2W0DHmhXw1eQf9Q
    Du pain à l'ail
    wyt3YSk1R7AAw2PYXPc_ZogEUIjV9rTWvILo2ZDp0fk
    Des caïpinhas à volonté
    3g5SBCMTkp-AOy-C7892oF75CwQihuSQeLdOFjxhksU
    Un dessert bien leger
    HmeUb_4s26oRD3p06Pr_n-K5-9UabFksAq3s_fNIFU4
     
    Et voila le résultat!!
     
    Projet1
     
    Merci au CRI, merci à L'UFRJ, merci à Inter-Poli, et merci à tous les gringos :D
     
     

    votre commentaire
  • Nous y sommes retournés!!

    mickael

     

    votre commentaire

  • Voir la galerie

    votre commentaire
  • Ce week end nous décidons de poursuivre notre visite culturelle de la ville de Rio a travers les quartiers bonhèmes de Lapa et de Santa Teresa.

    Lapa est un quartier que l'on connaissait déjà plutôt bien de nuit, c'est là que tout se passe les vendredis et samedis soir! Mais de jours, on le découvre tout autrement!  

    DSC_3911

    A commencer par une promenade à travers le marché artisanal qui a lieu le premier samedi du moi. Le marché commence doucement vers 10-11h, faut pas pousser non plus! On aprécit notre balade parmis une foule d’artisants, en écoutant par-ci par-la des airs de samba ou des grupe de capoeira qui s’entrainent dans la rue !

    L'âge d'or de la bohème de Lapa remonte aux années 1920 et 1930. Artistes, écrivains et intellectuels se mêlaient alors à la foule qui hantaient les salle se bal, les cabarets et les bordels.  C’était le temps ou les malfrats et les prostituées arpentaient les rues sombres tandis que des airs de samba s’échappaient des clubs aux lumières blafardes.

    Le quartier de Lapa a perdu de son charme dans les années 1940 quand le président Getulio Vargas fit fermer cabarets et salles de bal. Une période difficile s’ensuivit jusque dans les années 1960, lorsque Rio abandonna son rôle de capitale fédérale à Brasilia. Lapa se délabra et sombra vite dans la criminalité, tandis que la samba perdait de sa superbe. Si les sambistas n’oublièrent jamais Lapa, Rio oublia bel et bien la samba et le gout pour cette musique ancienne se dissipa tandis que la jeunesse tombait sous le charme des nouveaux bars à bossa nova dans les quartiers de bord de mer, Ipanéma et Leblon.

    DSC_3917

     

     

    Ces dix dernières années, Lapa renait de ses cendres : une renaissance liée à une nouvelle popularité de la Samba. Aujourd’hui il existe des dizaines de salles de dance à Lapa, et la ville semble dévorer un appétit insatiable pour la samba. Lapa est éternelle !

    Après la dégustation d’un petit salgado et d’un gâteau au maracuja, notre promenade se poursuit par la visite de Santa Teresa. C’est le quartier jumeaux de Lapa, juché en haut de sa colline,  qui domine la ville. Les deux quartiers se rejoignent par un escalier, le fameux escaliers « Selaron », un endroit magnifique! Jeorge Selaron est un artiste Chilien qui a entrepris dans les années 1990 de recouvrir les 215 marches d’azulejos de récupération, des couleurs du Brésil, venus des quatre coins du monde !

    DSC_3918

    Arrivé à santa Teresa, on se dirige vers le parc aux ruines qui abrite les vestige d’une grande villa. Tout en haut, on a le droit à une vue superbe sur le pain de sucre, la favela de Catete, mais aussi la cathédrale moderne de Rio (en forme de cheminée de condensation) et les arcs de Lapa, où auparavant circulait le Bonde (le tramway) jaune. Le bonde a été interdit a la circulation il y a moins de deux ans pour diverses raisons plus ou moins crédibles ! Sa disparition chagrine tous les habitants des quartiers de Lapa et Santa Teresa, car c’était pour eux le seul moyen de rejoindre le centre ville.  

    DSC_3968

     

    Les anciennes villas de Santa Teresa et ses rues pavées sont le reflet d’une époque. C’était au 19e siècle un quartier résidentiel huppé : les classes supérieures étaient venue s’y établir et empreintaient le bonde pour aller travailler dans le centro. Aujourd’hui c’est un quartier délessé, les artistes lui ont donné un nouveau dynamisme. Toute l’année, festivals et fêtes de rue font résonner leur musique pour en faire l’un des quartiers les plus passionnants de Rio.

    P1060856P1060866

     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires